Réseaux sociaux

 

 

 

Le Syli national de la Guinée Conakry déclasse les favoris

La Fédération malienne de basketball et son sponsor officiel, Orange Mali, étaient l'hôte des phases aller des éliminatoires de la Zone II de l'Afrobasket senior homme Congo 2017. Quatre pays sur six ont répondu présent, Cap Vert, Guinée Conakry, Mali et Sénégal. C'était dans la salle de basket du palais des sports du 17 au 19 mars 2017.

Trois jours de basket, six matchs avec au finish une surprenante équipe guinéenne qui a enchainé deux victoires contre les favoris, le Sénégal et le Mali. Le Cap Vert est resté constant.

Première journée : la surprise de la Guinée, la déception du Mali

Ce sont Sénégalais et Cap Verdien qui ouvre le balle. Sans trop tremblé, les Gaindés du Sénégal s'imposent. Mais, Freitas et Alves du Cap Vert se sont montrés meilleurs parmi la gang du Sénégal conduite par Stéphane Dumas.

En deuxième match, Le Mali recevait la Guinée Conakry en match inaugural. Si le Mali a choisi la Guinée ou il a bénéficié d'un tirage favorable, dans les deux cas le cadeau s'est revelé empoisonné pour Kanté le capitaine et ses coéquipiers. Car, les poulains du coach Guinéen Ousmane Touré ont déroulé un basket inattendu de la part de la Guinée. Les douze hommes de la Guinée avaient parmi eux un certain Cédric Bakary Mansaré, une trouvaille de la fédération guinéenne de basket, qui a fait plié le Mali. Le ban malien trouve l'excuse du temps de préparation et l'arrivée tardive de certains joueurs pendant que leur homologue de la Guinée revelait qu'ils sont venus pour montrer quelque chose qui pourrait cacher la victoire. Dans tous les cas, déjà par ce premier match, les Guinéens ont affiché leur progrès en matière de basket. Dire qu'il y a quelques années seulement qu'ils ne prenaient pas part à ces éliminatoires.

Deuxième journée : La Guinée Confirme, le Sénégal doute

Revenu sur le parquet, le Syli national de la Guinée croisait les Lions du Sénégal. Muré dans nos préjugés, peu ou pas pouvait parier une victoire guinéenne face au Sénégal. C'est ce qui fut fait. Une partie très intéressante, certainement la plus intéressante du tournoi que nous ont livré les deux équipes. Ils se sont tenu de près avec seulement des écarts de moins de deux panier jusque dans le money time. Mansaré, Sy Abdoulaye et Ismaël de la Guinée ont coiffé au poteau Mamadou Lamine et ses camarades du Sénégal. Cédric Mansaré tua le match dans les dernières minutes avec ses tirs de trois points souvent déclenché à moins de deux mètre du point central. Phénoménal, ce bi-national et professionnel en France.

Troisième journée : La chute du Sénégal et l'usure de la Guinée

Les Cap Verdiens, jusque là constant malgré les deux défaites, vont s'offrir la tête du Syli (éléphant en langue guinéenne). L’insaisissable Freitas était encore l'homme du match. Un match qui a montré toutes les séquelles du débauche d'énergie livré par la Guinée contre les deux précédents et supposés favoris adversaire le Sénégal et le Mali. Manquant de jus, le Cap Vert engrage ainsi sa première victoire qui finira à leur être utile dans le décompte final.

Le choc Mali- Sénégal était attendu par tous les observateurs. Cela pouvait, en plus du caractère de match à tension, être la raison de faire de ce match le dernier du tournoi afin que son issu n'entache le déroulement normal de l'évènement. Pourtant, ce soit disant derby n'a pas eu lieu. Très vite, le Mali a pris le jeu en main malgré le premier panier de la partie compté trois points pour les Sénégalais, très vite les Lions ont baissé pavillon face à la furia des Aigles qui ne voulaient rien laisser. Vous comprendrez, quand on joue sans pression, tout nous réussi. Défensivement, dans les rebonds et les tirs, Kanté et ses coéquipiers du Mali ont coupé l'air aux Lions du Sénégal. Les Lions n'ont gagné aucune période, pire le score final, qu'on peut qualifier d'historique, 82-37, reléguera le Sénégal au dernier rang du classement général.

Que peut-on retenir de cette phase aller et que peut ont s'attendre du retour

C'est bien sûr le progrès des Guinéens d'une part, la montée en puissance des Aigles du Mali et surtout la constance du Cap Vert. Et le Sénégal ? La nation de basket de la sous région plus que la Zone n'a pas été à la hauteur des attentes. Que cache cette baisse de régime ? Guinéens et Mali doivent rester fort à Dakar. Rien de facile ne leur attend dans la capitale du M'balack. Les aléas et autres risquent d'être au menu des visiteurs notamment Maliens et Guinéens.

D. SANGARE

Classement général

1er Mali 5 points, 201 marqués, 153 encaissés +48

2è Guinée Conakry 5 points 186 marqués, 175 encaissés +11

3è Cap Vert : 4 points 180 marqués, 195 encaissés -15

4è Sénégal : 4 points 170 marqués 214 encaissés -44

 

 

Sur sept journées programmés en match aller, trois ont été jouées. Chaque fin de semaine, depuis le 4 février dernier, cela jusqu'au 18 mars prochain, les parquets du stade du 26 mars, du palais des sports de Bamako et ceux de Kayes et Sikasso seront battus par les équipes de 1ère division du championnat national de basket. Le 18 février, nous avons été témoins des deux matchs des dames au palais des sports. Stade-Réal et Djoliba AC-As Police. C'était le duel des favoris chez les dames. Mais les super favoris, DAC et Stade malien de Bamako ont confirmé.

 

Stade- Réal : 89 - 42, Salimata Kourouma très dominatrice

L'AS Réal ne pouvait pas revé face à une équipe du Stade composée de quelques joueuses expérimentées dont Awa Diallo, Mariam Sininta ''Bozo'' et l'une des meilleures joueuses actuellement, Salimata Kourouma. Les protégés de Amadou Bamba ont alterné les jeux intérieurs et extérieurs en pointant dans tous les angles. Mariam et Kanouté ont essayé de recoller les morceaux dans les quatre périodes. Mais une seule poignée de beure ne peut enduire le corps de l'éléphant. Mariam de l'AS Réal était dans un collectif peu talentueux et moins appliqué. Elle réussira néanmoins le tiers des points marqués par son équipe soit près de 14 points au même titre que Salimata Kourouma qui engrangera 35 points des 89 marqués par le Stade. Plus que le tiers, la meilleure joueuse de la saison 2015-2016 de la presse sportive malienne, Salimatou Kourouma, est une machine à marquer des Blancs de Bamako. Les adversaires comprendront-ils que pour échapper à la correction du Stade, il faut trouver la solution à la question Salimatou Kourouma. La sixième journée s'avère palpitante et déterminante pour le titre de champion de la saison 2016-2017 qui opposera le Djoliba au Stade au palais des sports.

DAC-AS Police : 86-65, la qualité de l'effectif des Rouges a fait la différence

C'était le premier grand test du Djoliba AC dans ce championnat de 1ère division. Parce que l'équipe de l'AS Police peut se targuer d'être la troisième prétendante sérieuse au titre. Elle a en son sein des joueuses d'expérience comme Fatoumata Traoré, Kadia Sacko, Fatoumata Coulibaly ancienne reine du Mali, sans être aussi mobile que les jeunes comme Ramata Gadiaga, sont capables de déblquer un match par les tirs à l'extérieur de trois points. Mais là où l'AS Police compte trois à quatre joueuses capables de faire la décision, le Djoliba en a 5 ou 7. L'équipe du président Alou Sanogo, les Rouges de Bamako, aligne des championnes d'Afrique. La virevoltante et marqueuse à titrer de l'équipe, Djénèba N'Diaye, accompagné de Adam Coulibaly, joueuse complète (rebonds, passes décisives et paniers), Christine Dakouo, transfuge de qualité de l'AS Police, Astan Soumaré, Founé Sissoko, l'élue de l'équipe nationale junior et d'autres encore, peuvent basculer un match à tout moment. L'AS Police a fait de la résistance (avec un écart de 8, 9 et points), mais elle sera de courte durée. Le banc du Djoliba fera même tournée son effectif à 3' mn de la fin.

Chez les hommes, l'opposition AS Réal- Police était le derby de la journée. Il a tourné à l'avantage de Moussa Sogoré et ses poulains de l'AS Police (84-64). Tandis que le Stade a déroulé sans peine face à la Jeanne d'Arc (79-44). Ne manquez pas la 5è journée où l'AS Police et le Stade s'affronteront, sûrement pour le titre.

D. SANGARE

 

 

NEW ORLEANS (FIBA AfroBasket 2017) - Cheick Diallo est le dernier joueur africain en date à avoir exprimé son désir de participer à l'AfroBasket 2017.

Emboîtant le pas à Luc Mbah a Moute (Cameroun), Gorgui Dieng (Sénégal), Salah Mejri (Tunisie) et plus récemment Olimpio Cipriano (Angola) - ils ont tous confirmé se mettre à disposition de leurs équipes nationales respectives pour Brazzaville en août -, le Malien Diallo a affirmé sa volonté d'en faire de même.

"Le Mali compte un grand nombre de joueurs talentueux et je suis confiant quant à nos chances de dominer le basketball africain dans les années à venir." - Diallo

Même si le basketteur de 20 ans n'a pas encore reçu l'autorisation de son club NBA, les New Orleans Pelicans, il pense pouvoir être de la partie lors de ce tournoi africain majeur qui regroupera 16 équipes.

Pourtant encore dans l'attente d'un accord entre Bill Duffy, l'agent de Diallo, et des Pelicans, l'ailier de 2.06m lance à FIBA.com : "Je peux vous assurer que je jouerai pour le Mali."

Bien qu'actuellement 9ème pays africain au classement mondial des nations FIBA dont il occupe la 57ème place et toujours dépourvu de titre continental, Diallo est persuadé que cette situation va changer au cours des prochaines années, grâce au talent des joueurs maliens.

"Mon plus grand rêve est de remporter l'AfroBasket avec le Mali,” avoue-t-il. “Si nous parvenons à ramener une consécration majeure au pays, cela lancera véritablement ma carrière.

"Le Mali compte un grand nombre de joueurs talentueux et je suis confiant quant à nos chances de dominer le basketball africain dans les années à venir".

Il souhaite même pouvoir évoluer aux côtés d'Amara Sy (AS Monaco) en équipe nationale parce que "[Sy] a fait énormément pour le Mali. L'expérience d'un tel joueur sera très importante pour notre sélection nationale. Je pense et j'espère que lui et la Fédération Malienne de Basketball réussiront à s'entendre."

Diallo, qui a quitté son Mali natal à l'âge de 15 ans pour aller aux USA, a rapidement été considéré comme l'un des grands espoirs du basket, tant lors de son passage en lycée que durant son année passée au sein des Kansas Jayhawks.

Choisi par les Los Angeles Clippers au deuxième tour de la NBA Draft du juin dernier, puis transféré à New Orleans, il a joué dans la ligue de développement de la NBA (D-League) avec les Austin Spurs et les Long Island Nets.

 

"La NBA D-League est une belle expérience," affirme Diallo. "Je suis encore jeune et j'ai besoin de temps de jeu. Les Austin Spurs sont réputés pour leurs qualités de formateurs, alors je n'ai pas hésité une seule seconde quand on m'a proposé de les rejoindre."

En ce qui concerne ses attentes de rookie avec les Pelicans, le jeune homme de 20 ans admet que "le début de la saison a été très difficile et nous avions beaucoup de blessés, mais nous n'avons désormais plus que deux victoires de moins que la dernière équipe qualifée pour les playoffs dans la Conférence Ouest."

Le Mali affrontera le Sénégal, le Cap-Vert et la Mauritanie dans le cadre des matches qualificatifs de la Zone 3 de FIBA Afrique.

Source: Fiba

 

 

ABUJA (FIBA AfroBasket 2017/FIBA Women's AfroBasket 2017) - Les équipes nationales masculine et féminine du Nigeria ont toutes les deux choisi d'affronter des équipes de qualité pour se préparer en vue des compétitions continentales de cette année, a annoncé Tijjani Umar, président de la fédération de basketball du pays.

Le Nigeria a en effet été invité par la Lituanie, l'Australie, la France, la Serbie et la Chine pour disputer des rencontres amicales.

 

En tant que champions en titre du FIBA AfroBasket, les Nigérians sont automatiquement qualifiés pour le tournoi continental de cet été. Ainsi, au contraire de quasi toutes les équipes africaines, ils ne prendront part à aucun éliminatoire régional.

"C'est un énorme pas en avant pour nous," dit Umar. "Tous les frais sont payés par nos hôtes - billets, hôtels, transports locaux - et au fond, nous n'avons qu'à présenter une équipe sur place."

Il est ensuite revenu sur les dernières apparitions des sélections nationales du Nigeria dans des compétitions mondiales - les JO de Rio pour les hommes et le Tournoi de Qualification Olympique pour les femmes - et sur la position de la nation africaine dans le classement combiné de la FIBA, qui parle en sa faveur.

"Notre équipe était présente à Rio et elle a selon moi - même si certaines personnes ne sont pas d'accord - bien joué. Pour preuve, nous avons gagné 9 rangs dans le classement FIBA à l'issue du tournoi," explique Umar.

En ce qui concerne l'équipe féminine, dont le dernier titre continental remonte à 2005, Umar précise : "Ce que nous sommes parvenus à faire avec le TQO féminin, c'est à faire passer les D'Tigress du niveau africain au niveau mondial. Autant dire que pour l'AfroBasket 2017, il n'y aura pas de compétition. Nos joueuses vont le gagner cette année."

FIBA

 

 

 

Le nouvel entraîneur de l’équipe féminine de basket-ball du Mali, Sylvain Lautier, nourrit l’ambition de remporter l’Afrobasket-2017 qui se tiendra à Bamako. Pour ce faire, il a adopté un plan complet de préparation qui a pour objectif de doter le Mali d’une équipe inégalable sur le continent.

Le Mali veut renouer avec le titre de champion d’Afrique de basket féminin en Afrique. Il a tout pour relever le défi. En plus de l’avantage d’organiser la compétition, le pays regorge de joueuses talentueuses et expérimentées. Cerise sur le gâteau : la Fédération malienne de basket-ball (FMBB) a également confié l’équipe à un homme d’expérience, le Français Sylvain Lautier.

Pour que l’équipe soit prête avant l’échéance, la FMBB et le staff technique, composé de Moussa Sogoré, Oumarou Sidiya, d’un préparateur physique et une préparatrice mentale, ont adopté un plan rigoureux de préparation.

Lundi 9 janvier 2017 à l’occasion d’une conférence de presse, l’entraîneur assisté de quelques membres de son staff et du bureau fédéral dont le président Me Jean-Claude Sidibé, a détaillé ce plan. Selon lui, sa préparation s’effectuera à trois niveaux. Primo, expliquera M. Lautier, il s’agira de détecter et de suivre toutes les joueuses susceptibles d’évoluer avec l’équipe, mais aussi de les mettre souvent en activité ensemble pour la mise en jambe et l’affinement de l’apprentissage des différents systèmes de jeux. Et les Jeux de la Francophonie auxquels le Mali doit participer, sera une aubaine pour lui et son groupe de suivre ses préparations.

Secundo, a révélé l’entraîneur, des matches amicaux sont prévus avec des équipes maliennes, du continent et même un club professionnel d’Europe. « La Fédération a déjà envoyé des invitations à plus de sept pays dans la perspective des matches amicaux. En plus, un mini-tournoi est prévu au Mali », ajoutera-t-il.

La troisième et dernière phase de cette longue préparation débutera quelques semaines avant la compétition. Il s’agira de faire les derniers réglages avant l’Afrobasket afin de glaner un deuxième titre continental pour le Mali.

 

« Réduire au minimum la marge d’erreur »

Selon le président de la Fédération, Me Jean-Claude Sidibé, le Mali fait présentement partie des grosses pointures du basket-ball continental. Il s’est félicité du choix de Lautier pour conduire l’équipe, soulignant que « c’est un homme dévoué qui a envie de remporter un titre du continent ».

A ses dires, le Mali a aujourd’hui la chance d’avoir plus d’une vingtaine de bonnes joueuses évoluant dans les championnats prestigieux d’Europe et d’Afrique, pouvant prétendre à la sélection nationale. Donc, poursuivra-t-il, une bonne préparation est nécessaire pour réduire au strict minimum la marge d’erreur.

« Nous allons nous donner les moyens de notre politique. Pour bien suivre les joueuses, nous avons demandé à Lautier de ne travailler que pour le Mali durant toute l’année. Il ira suivre les joueuses dans leurs équipes. Notre unique but est de fêter l’anniversaire de notre sacre en 2007 à Bamako par un trophée », a indiqué le président Jean-Claude Sidibé.

Source: 30minutes.net