Réseaux sociaux

 

 

 

BAMAKO (2016 FIBA Africa U18 Championship) - Le Championnat d’Afrique des 18 démarre dans un peu plus d’un mois et Kaba Kanté, l'entraîneur principal de l'équipe du Mali, vise la plus haute marche du podium.

Le championnat qui regroupe 12 équipes se déroulera du 22 au 31 Juillet à Kigali, la capitale rwandaise et le Mali sera certainement parmi les prétendants au titre.

En 2014, les Ouest-Africains avaient échoué aux portes de la finale après une cruelle défaite par 73-72 contre l'Egypte en demi-finale. Mais le Mali avait su rebondir pour remporter le match de la troisième place par 75-65 face à l'Angola.

Kanté, qui a tiré des leçons positives de la dernière édition de la compétition, est déterminé à remporter le titre cette année.

"Notre objectif est de gagner le titre", a-t-il déclaré à FIBA.com. "Et c’est pourquoi nous avons démarré notre préparation plus tôt que d'habitude avec un groupe de 20 joueurs. Les deux camps d'entraînement que nous avions eu en Décembre 2015 et en Avril nous ont permis de découvrir de nouveaux visages qui pourraient se joindre au noyau de l'équipe."

Pour le prochain tournoi, le Mali pourrait compter sur des joueurs, tels Aboubacar Sidiki Diakité, Oumar Kanoute et Issa Samake qui ont tous participé au Championnat U16 FIBA Afrique en 2013, et qui évoluent actuellement dans les championnats scolaires aux États-Unis.

L'expérience de ce groupe de joueurs pourrait être un grand atout au cours de cette compétition qui sert d’éliminatoires pour le Championnat du Monde U19 FIBA 2017 qui aura lieu en Egypte.

Avant le tournoi de Kigali, certains des joueurs clés - dont Abdoulkarim CoulibalyMoulaye Sissoko et Blaise Keita – ont été appelés pour représenter le Mali au Championnat du Monde U17 FIBA 2016.

Kanté pourra alors faire appel à eux pour le championnat continental, mais la concurrence pour faire partie de l’effectif final sera rude.

‘‘Nous avons un grand nombre de bons joueurs et il ne sera pas facile de choisir les 12 car nous avons besoin d'une équipe bien équilibrée pour atteindre notre objectif ", a-t-il expliqué.

À ce jour, cinq pays dont le Mali, l'Egypte, la Tunisie, l'Angola et Rwanda, le pays hôte sont qualifiés pour le Championnat U18 FIBA Afrique 2016.

Sept autres pays gagneront le droit de participer à l'événement à travers les éliminatoires des zones de FIBA Afrique prévues du 16 Juin au 9 Juillet 2016.

FIBA

P.S: Le titre est de la rédaction

 

 

DAKAR (2016 FIBA Olympic Qualifying Tournaments) - Le coach du Sénégal Porfirio Fisac a réduit son effectif préliminaire pour le Tournoi de Qualification Olympique (TQO) de Manille à 14 joueurs, avec comme en tête de liste le très efficace Antoine Mendy.

Liste des 14 joueurs présélectionnés pour représenter le Sénégal au TQO de Manille
 Adama Louis Adams  Moussa Camara  Serigne Bamba Gueye  Clevin Hannah
 Cheikh Tidiane Mbodj  Antoine Mendy  El Hadji Malick Ndiaye  Hamady Ndiaye
 Thierno Ibrahima Niang  Maurice Daly Ndour  Abdoulaye Ndoye  El Hadji Maleye Ndoye
 Youssoupha Ndoye  Ibrahima Thomas    

Mendy avait tourné l'été passé avec le Sénégal à plus de 16 points de moyenne, avec notamment 19 tirs à trois points inscrits, contribuant à la quatrième place de son équipe à l'AfroBasket. Son expérience et son leadership seront indispensables pour rivalier avec la Turquie et le Canadadans le Groupe A de ce TQO.

Le Sénégal a obtenu le droit de prendre part à un TQO lorsqu'il a gagné son quart de finale à l'AfroBasket. Malgré les 19 points de Mendy, il s'est ensuite incliné en demi-finale contre le futur champion, le Nigeria, 88-79 après une prolongation.

Un autre joueur important l'année passée qui sera présent est l'intérieur Ibrahima Thomas, cinquième marqueur de sa sélection à l'AfroBasket avec 6.7 points par match. Ses aptitudes au tir à trois points (9 sur 18 en Tunisie) devraient créer des espaces pour ses coéquipiers.

Le Sénégal devra finir à l'une des deux premières places du Groupe A pour pouvoir jouer une demi-finale, où il rencontrerait la France, la Nouvelle-Zélande ou les Philippines. Seul le vainqueur de ce TQO décrochera un billet pour les JO de Rio.

FIBA

 

 

Largement battus lors du Game 3, les Warriors sont allés gagner à Cleveland lors du Game 4 (108-97) et ne sont plus qu’à une victoire du sacre. Portée par ses « Splash Brothers », Stephen Curry (38 points) et Klay Thompson (25 points), Golden State a fait le dos rond pendant trois quart-temps avant de faire la différence dans le dernier quart-temps face à des Cavs qui ont explosé physiquement. Si Kyrie Irving (34 points) s’est une nouvelle fois illustré et que LeBron James a frôlé le triple-double (25 points, 13 rebonds, 9 passes décisives), il a manqué un facteur X côté Cleveland pour les épauler. A 3-1 et avec « trois balles de match », les Warriors sont dans un fauteuil pour réaliser le doublé.

Enfin un vrai match de finale NBA !

L’ouverture du score est signée par Harrison Barnes sur un panier primé, auquel Kyrie Irving répond dans la foulée depuis le corner opposé. Chaud comme la braise lors du Game 3, J.R. Smith reste sur sa lancée et inscrit le deuxième panier à 3-points pour la franchise de l’Ohio, mais c’est encore Barnes qui redonne l’avantage aux Warriors.

Le début de partie est très équilibré, et même musclé. Un vrai combat, et un vrai match de finale NBA. Steve Kerr sort Andrew Bogut après seulement quatre minutes pour adopter une stratégie 100% small ball et le festival de tirs longue distance se poursuit de part et d’autre avec Irving et Klay Thompson.
Le changement de configuration des Warriors permet une nouvelle fois à Tristan Thompson de faire du grabuge dans la raquette.

Après sept minutes, Kevin Love fait son entrée sur le terrain sous l’ovation du public, puis James marque ses premiers points du match, imité par Love quelques secondes plus tard. A la fin du premier quart-temps, les Warriors virent en tête (29-28).

Un combat de tous les instants

Dans le deuxième quart-temps, les bancs des deux équipes resserrent les rangs et le mano a mano continue, aucune formation ne parvenant à prendre l’ascendant. Les Warriors comptent jusqu’à quatre points d’avance (36-32) après un paniers à 3-points désespéré en total déséquilibre de Stephen Curry, mais les Cavs réagissent grâce à Irving et James et poursuivent leur domination sans partage au rebond offensif. Sans forcer, Draymond Green apporte son écot au jeu de Golden State alors que pour Cleveland, c’est « Uncle Drew » qui a les clés de la maison et qui tient la baraque.

Sous les yeux des héros locaux Urban Meyer (Ohio State) et Joe Thomas (Browns), l’équipe des Cavs fait le forcing à l’image et prend son dixième rebond offensif de la première mi-temps, qui permet à Love de dégainer tout seul depuis la ligne à 3-points. La foule se lève sur un contre énorme d’Irving sur Curry, et Golden State craque dans les deux dernières minutes avant la pause et encaisse un 8-0 pour passer de 48-47 à 48-55. Les esprits s’échauffent et Luke Walton écope d’une faute technique à la sirène. A la pause, le score est de 55-50 pour Cleveland et Golden State peut s’estimer heureux de ne compter que deux possessions de retard.

Le réveil des « Splash Brothers »

Irving convertit le lancer-franc technique avant de démarrer la deuxième période et inscrit un nouveau panier pour donner huit points d’avance à Cleveland. Curry plante un panier primé pour ramener les Warriors à cinq longueurs (58-53) mais Thompson joue son rôle de tour de contrôle en bâchant Barnes. Discret jusqu’à la pause, James décoche à son tour une flèche puis le match s’emballe avec le réveil des « Splash Brothers » et l’impact toujours plus fort d’Irving (63-61). Klay Thompson, Iguodala et Curry se déchaînent en attaque et Golden State signe un 8-0 pour prendre les devants (72-69). Anderson Varejao montre de très bonnes choses dans son ancien jardin et contribue à la très bonne passe des Warriors grâce à son activité au rebond et son énergie habituelle. Après 36 minutes, les champions en titre ont une courte avance, 79-77.

Dès l’entame du dernier quart-temps, les Cavs égalisent par l’intermédiaire de Love puis prennent l’avantage grâce à James dans une ambiance irrespirable. Les précieux Barnes et Iguodala donnent un peu d’air aux Warriors. Tristan Thompson puis Irving manquent leurs lancers, les Cavs ratent leurs tentatives en attaque et en face, les Warriors inscrivent un 14-3 pour creuser un écart de neuf points (93-84). Golden State joue avec une énergie nouvelle en cette fin de match et semble posséder plus de jus et de force que l’équipe de Cleveland. Les Cavs sont fatigués, et forcément il y a de l’isolation en attaque, et de la frustration en défense. James et Green s’accrochent et s’échangent des noms d’oiseaux puis un fan tente de pénétrer sur le terrain…

Stephen Curry, qui aura aussi des mots avec LeBron James, se charge de climatiser la salle aux lancers-francs. Les Cavs ne lâchent rien, mais curieusement, ils se contentent de lay up au lieu de tenter des 3-points. Les Warriors en profitent pour tranquillement gérer la fin de match, et s’imposer de 11 points. Un écart en trompe-l’oeil car Cleveland a longtemps dirigé les débats avant de craquer face aux rotations des Warriors, et à l’adresse retrouvée du duo Thompson-Curry.

 Avec basketusa.com

CAVALIERS / 97TirsRebonds 
JoueursMinTirs3ptsLFOffDefTotPdFteIntBpCtPtsEval
R. Jefferson 25 1/2 0/0 1/2 2 4 6 0 6 0 2 0 3 5
L. James 46 11/21 1/5 2/4 4 9 13 9 4 2 7 3 25 33
T. Thompson 29 5/7 0/0 0/5 6 1 7 0 3 0 0 1 10 11
K. Irving 43 14/28 2/6 4/5 1 3 4 4 2 3 1 1 34 30
J.R. Smith 43 3/10 2/8 2/2 0 2 2 1 5 0 0 0 10 6
C. Frye 10 0/1 0/0 0/0 0 1 1 0 2 0 0 0 0 0
K. Love 25 3/6 1/2 4/6 1 4 5 0 1 0 0 1 11 12
M. Dellavedova 5 0/1 0/1 2/2 1 0 1 1 1 0 0 0 2 3
I. Shumpert 15 1/5 0/3 0/0 1 0 1 0 0 0 1 0 2 -2
D. Jones 0 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Total   38/81 6/25 15/26 16 24 40 15 24 5 11 6 97  
WARRIORS / 108TirsRebonds 
JoueursMinTirs3ptsLFOffDefTotPdFteIntBpCtPtsEval
D. Green 42 2/9 0/4 5/8 1 11 12 4 4 2 3 3 9 17
H. Barnes 40 5/11 4/5 0/0 3 5 8 2 1 1 0 0 14 19
A. Bogut 10 0/0 0/0 0/0 1 0 1 1 1 0 0 1 0 3
S. Curry 40 11/25 7/13 9/10 3 2 5 6 3 2 3 0 38 33
K. Thompson 39 7/14 4/9 7/7 0 4 4 1 2 1 1 1 25 24
A. Varejao 4 0/1 0/0 2/2 3 0 3 0 2 0 0 0 2 4
J. McAdoo 7 1/1 0/0 0/0 0 1 1 1 2 0 0 0 2 4
A. Iguodala 37 4/12 2/5 0/0 2 4 6 7 3 1 1 1 10 16
M. Speights 0 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
F. Ezeli 1 0/0 0/0 0/2 0 0 0 0 1 0 0 0 0 -2
S. Livingston 19 3/8 0/0 2/2 1 2 3 1 3 0 0 0 8 7
Total   33/81 17/36 25/31 14 29 43 23 22 7 8 6 108  

 

 

En l’absence de Draymond Green, Steve Kerr avait peur pour sa défense. LeBron James (41 points à 16/30, 16 rebonds et 7 passes) et Kyrie Irving (41 points à 17/24) ont tout fait pour lui donner raison. Auteur de 73% des points de leur équipe, le duo des Cavs a écœuré l’Oracle pour renvoyer la série à Cleveland (112-97). James et Irving deviennent les premiers coéquipiers à marquer plus de 40 points dans un même match d’une finale NBA !

 
 

Klay Thompson (37 points) a tout tenté mais les Dubs ont été trahis par leur maladresse en deuxième mi-temps. Auteurs d’un 11/21 à 3-points lors des 24 premières minutes, les Warriors ont terminé sur un 3/21. Les champions en titre devaient jouer au plus que parfait pour l’emporter mais ils n’ont pas survécu au non match d’Harrison Barnes (5 points à 2 sur 14) et de leur secteur intérieur. Pire, ils ont perdu Andrew Bogut sur blessure…

Cleveland laisse passer l’orage

Avec Andre Iguodala et Kevin Love titulaires de chaque côté, ce sont les Warriors qui prennent le meilleur départ. En essayant de profiter de l’absence de Draymond Green, Cleveland repart dans une attaque sans mouvement et sans passe. Les possessions se suivent, la balle descend au poste bas sur Love ou James et la défense des Warriors se régale. Après quatre minutes de jeu, les Cavs ont déjà perdu 5 ballons (12-5). Poussés par un Oracle qui alterne les « Free Draymond » et qui hue copieusement LeBron James dès qu’il touche la balle, les Dubs enchainent les tirs de loin pour le meilleur et pour le pire.

En face, si les Cavs comptent 40% de tirs en moins, ils mettent dedans avec un 4 sur 5 à 3-points dont sur 2 sur 2 pour le King (25-24). Le trio James – Irving – Smith marque tous les points de Cleveland dans ce premier quart temps mais ce sont les 26 points du trio Curry – Thompson – Iguodala qui permettent aux Warriors de faire la course en tête (32-29).

Après douze minutes, Steve Kerr tient sa parole en ayant fait rentrer tous ses joueurs à l’exception de Brandon Rush. Si l’absence de Draymond Green ne se fait pas remarquer en attaque, les champions en titre peinent en défense et Cleveland en profite en commençant le deuxième quart temps par un 7-0 (36-32).

Klay vs Kyrie-LeBron

Kerr répond alors en lançant un cinq sans intérieur composé de Barnes, Iguodala, Thompson, Livingston et Curry pour pouvoir changer sur tous les écrans. L’impact est imminent. Les Warriors retrouvent de l’intensité défensive et reviennent au score sur un dunk monumental de Shaun Livingston.

Klay Thompson et Kyrie nous offrent alors un duel de folie. Pendant cinq minutes, les deux joueurs marquent 11 et 9 points de suite, en s’échangeant des tirs plus difficiles et plus lointains les uns que les autres (50-50). LeBron James se joint alors la fête en marquant 7 points de suite. Face à son adresse mi-distance, les Warriors sont obligés de défendre plus haut, lui ouvrant l’accès au cercle.

On assiste à un festival offensif de haute volée. Les deux équipes rentrent aux vestiaires à 61 partout, derrière 26 points de Klay Thompson, 25 de LeBron et 18 d’Irving. Les arabesques individuelles du duo des Cavs font mouche alors qu’en face, les Warriors s’accrochent derrière leur altruisme et leur 11 tirs primés.

Entorse du genou pour Andrew Bogut

Alors que la deuxième mi-temps repart sur les mêmes bases, Andrew Bogut doit quitter ses partenaires suite à une entorse du genou gauche après un gros contre sur J.R. Smith. Son secteur intérieur transparent, Kerr opte à nouveau pour le « super small ball ». Dans le dur, les Dubs s’accrochent mais se perdent dans les tirs extérieurs. Leur manque d’adresse permet à James et Irving de pousser la balle en transition et de faire le break (85-75).

Les Warriors tentent de réagir mais LeBron James veille. Avec 11 points et 6 passes dans le quart temps, le King fait main basse sur le match. Ajoutez à cela 11 nouveaux points d’Irving et une défense qui profite du manque d’agressivité de Golden State, et voilà Cleveland en contrôle (93-84).

Uncle Drew termine le boulot

Abandonnés par leur défense et leur adresse, les Warriors sont au bord de la rupture. Sous l’impulsion d’Iguodala et de Varejao, ils refusent toutefois d’abdiquer. Deux fois seul à trois points, Harrison Barnes, transparent ce soir, rate l’occasion de ramener Golden State à -4. C’est ensuite au tour d’Andre Iguodala de vendanger un 2 contre 1 et sur l’action suivante un 2+1 de Kyrie Irving les repousse à -10 (102-92).

Alors que les Splash Brothers jettent leurs dernières forces dans la bataille, Uncle Drew climatise l’Oracle en lançant un 10-0. Panier avec la planche en déséquilibre, fadeaway après reverse, tir à 3-points, le café et un game 6. Ce sera jeudi à Cleveland, avec Draymond Green côté Warriors. Mais ce sera sans doute sans Andrew Bogut.

 

Humiliés en Californie avec deux défaites concédées par un écart moyen de 24 points (un record pour les Finals), les Cavs n’avaient plus le choix : c’était « marche ou crève ». Et malgré l’absence de Kevin Love, Cleveland a ainsi parfaitement réagi face aux Warriors avec un succès franc et massif (120-90).

Battus de 33 points lors du Game 2, les Cavs ont rendu la monnaie de leur pièce à des Warriors transparents avec des stars revanchardes : LeBron James (32 points, 11 rebonds, 6 passes) et Kyrie Irving (30 points, 8 passes), mais aussi un J.R. Smith retrouvé (20 points, 5 paniers de loin). Sous les panneaux, Tristan Thompson a été omniprésent avec 14 points et 13 rebonds. Soutenus par la Quicken Loans Arena, les Cavs ont montré qu’il ne fallait pas les enterrer trop vite…

Kyrie Irving « on fire »

Dans une ambiance de folie, Irving inscrit le premier panier du match pour les Cavs, rapidement imité par James, très agressif. Smith et Jefferson ajoutent eux aussi leur panier dans un début de partie à sens unique en faveur des joueurs de l’Ohio qui mènent rapidement par 9-0, obligeant ainsi Steve Kerr à prendre un temps-mort pour recadrer ses troupes. Andrew Bogut inscrit les premiers points pour Golden State alors que les esprits s’échauffent entre Green et Jefferson.

L’écart atteint déjà les quinze points en faveur des Cavs après à peine six minutes (19-4) avec un très gros travail de James et un Jefferson au four et au moulin. Irving n’est pas en reste et c’est une véritable démonstration de force qu’opèrent les Cavs dans le premier quart-temps. Seule la rentrée d’Andre Iguodala permet aux Warriors de ne pas sombrer, mais le break est fait.

Sans Love, Tyronn Lue décide de lancer Timofey Mozgov et Channing Frye au relais des titulaires alors que Stephen Curry commet sa deuxième faute après neuf minutes (25-10). Les Warriors boivent le calice jusqu’à la lie et comptent vingt points de retard (30-10) après une nouvelle banderille d’Irving. Marreese Speights stoppe l’hémorragie mais le meneur des Cavs est en transe et en remet une couche, tandis que Klay Thompson sort sur blessure après avoir reçu un coup à la cuisse. Sans trop de gravité, heureusement pour Golden State.

Un dernier panier de Harrison Barnes permet aux Warriors de limiter la casse et à la fin du premier quart-temps, le score est de 33-16 pour Cleveland. « Uncle Drew » a inscrit autant de points à lui tout seul que toute l’équipe de Golden State. À l’inverse, c’est la Bérézina pour les « Splash Brothers » qui font plouf avec un zéro pointé en attaque.

Petit réveil des Warriors

Barnes puis Green remettent les Warriors en selle dès l’entame du deuxième quart-temps et les Warriors passent un 7-0 à leur hôte (33-23) pour revenir à dix longueurs. Les seconds couteaux de Golden State portent l’équipe à bout de bras, à l’image d’un Shaun Livingston toujours aussi efficace. Klay Thompson effectue son retour et marque ses premiers points. Smith, dans le dur lors des deux premiers matchs, s’illustre enfin à 3-points avec deux flèches coup sur coup.

L’arrière des Warriors lui répond et l’écart se stabilise aux alentours des dix points points (48-39). Curry écope de sa troisième faute personnelle et retourne sur le banc, visiblement très frustré par la qualité de son jeu. Tristan Thompson continue sa moisson au rebond et compte déjà 10 prises à la pause. À la mi-temps, Cleveland vire en tête (51-43) mais les Warriors ont réussi à maintenir le navire à flot malgré un Curry totalement à côté de ses pompes. Excellents dans le premier quart-temps, Irving et James ne cumulent que 6 points à 2 sur 17 dans le deuxième quart-temps.

LeBron James enfonce le clou

Au retour des vestiaires, Tristan Thompson puis James redonnent un nouvel élan aux Cavaliers, qui signent un 12-3 pour reprendre une marge un peu plus confortable (64-46). En face, c’est encore Barnes qui prend les affaires en main. Smith inscrit son quatrième panier primé de la rencontre, rapidement imité par James, et l’écart repasse allègrement au-delà des vingt points (70-48).

Curry se réveille enfin et inscrit son premier panier à 3-points mais balance une brique sur la possession suivante. Les Cavs ont le contrôle au tableau d’affichage et Smith, encore lui, décoche une nouvelle flèche qui sait mouche. S’en suit l’action du match : James intercepte un ballon puis se retrouve à quatre pattes avant de terminer la tête dans les nuages sur un alley-oop servi par Irving. À la fin du troisième quart-temps, la rencontre vire au blowout en faveur de Cleveland : 89-69.

Un nouveau « garbage time »

Le dernier quart-temps est une simple formalité et comme les Cavs lors du Game 2, les Warriors baissent les bras et agitent le drapeau blanc. L’écart passe à vingt-cinq points (98-73) après un nouveau panier de Smith et la Quicken Loans Arena explose. Steve Kerr laisse ses hommes de base sur le terrain pendant encore quelques minutes et LeBron James scelle le sort de la partie avec trois paniers en pénétration pour passer la barre des 30 points marqués.

Avec cinq minutes à jouer, Kerr sort ses titulaires, et une minute plus tard, c’est Lue qui lance Jordan McRae ou encore James Jones. Les dernières minutes sont la définition du « garbage time » et le match se termine en roue libre, 120-90.

Agressifs du début à la fin à l’image de Thompson, les Cavaliers mettent fin à une série de 7 revers de suite face aux Warriors. Avec la manière ! À confirmer vendredi soir pour égaliser et relancer complètement la série.

basketusa.com

CAVALIERS / 120TirsRebonds 
JoueursMinTirs3ptsLFOffDefTotPdFteIntBpCtPtsEval
R. Jefferson 33 4/7 1/3 0/0 3 5 8 2 3 2 1 0 9 17
L. James 40 14/26 1/2 3/5 2 9 11 6 2 1 5 2 32 33
T. Thompson 31 5/6 0/0 4/5 7 6 13 2 2 0 0 0 14 27
K. Irving 37 12/25 3/7 3/3 1 3 4 8 4 1 2 0 30 28
J.R. Smith 38 7/13 5/10 1/2 0 4 4 1 1 3 0 0 20 21
C. Frye 12 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 3 0 0 1 0 1
T. Mozgov 7 1/2 0/0 0/0 1 1 2 0 4 1 2 0 2 2
M. Dellavedova 8 1/2 0/0 0/0 1 0 1 1 1 0 0 0 2 3
M. Williams 5 1/2 1/1 0/0 0 2 2 0 1 0 1 0 3 3
J. McRae 3 2/2 0/0 0/0 0 1 1 0 0 0 0 0 4 5
I. Shumpert 18 1/5 1/2 0/0 2 3 5 1 3 0 2 0 3 3
D. Jones 5 0/1 0/0 0/0 0 1 1 0 1 0 0 0 0 0
J. Jones 5 0/0 0/0 1/2 0 0 0 2 0 0 0 0 1 2
Total   48/91 12/25 12/17 17 35 52 23 25 8 13 3 120  
WARRIORS / 90TirsRebonds 
JoueursMinTirs3ptsLFOffDefTotPdFteIntBpCtPtsEval
D. Green 36 2/8 0/4 2/4 1 6 7 7 4 0 2 1 6 11
H. Barnes 33 7/11 2/5 2/3 1 7 8 3 2 0 1 0 18 23
A. Bogut 12 2/6 0/1 0/0 2 0 2 0 2 0 1 1 4 2
S. Curry 31 6/13 3/9 4/4 1 0 1 3 4 2 6 0 19 12
K. Thompson 31 4/13 1/7 1/3 1 1 2 1 1 1 2 0 10 1
A. Varejao 10 0/1 0/0 1/2 1 1 2 2 3 0 1 0 1 2
B. Rush 6 0/1 0/0 0/0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0
A. Iguodala 28 5/7 1/2 0/0 0 2 2 0 0 0 1 0 11 10
M. Speights 8 1/4 1/2 2/2 0 1 1 0 1 0 0 0 5 3
F. Ezeli 3 0/1 0/0 0/0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 -1
S. Livingston 20 2/3 0/0 1/2 1 5 6 3 2 0 3 1 5 10
I. Clark 6 1/3 1/2 0/0 0 0 0 0 1 0 1 0 3 0
L. Barbosa 17 2/5 0/1 4/6 0 0 0 2 3 2 0 1 8 8
Total   32/76 9/33 17/26 8 24 32 21 23 5 18 4 90