Réseaux sociaux

 

 

 

Largement battus lors du Game 3, les Warriors sont allés gagner à Cleveland lors du Game 4 (108-97) et ne sont plus qu’à une victoire du sacre. Portée par ses « Splash Brothers », Stephen Curry (38 points) et Klay Thompson (25 points), Golden State a fait le dos rond pendant trois quart-temps avant de faire la différence dans le dernier quart-temps face à des Cavs qui ont explosé physiquement. Si Kyrie Irving (34 points) s’est une nouvelle fois illustré et que LeBron James a frôlé le triple-double (25 points, 13 rebonds, 9 passes décisives), il a manqué un facteur X côté Cleveland pour les épauler. A 3-1 et avec « trois balles de match », les Warriors sont dans un fauteuil pour réaliser le doublé.

Enfin un vrai match de finale NBA !

L’ouverture du score est signée par Harrison Barnes sur un panier primé, auquel Kyrie Irving répond dans la foulée depuis le corner opposé. Chaud comme la braise lors du Game 3, J.R. Smith reste sur sa lancée et inscrit le deuxième panier à 3-points pour la franchise de l’Ohio, mais c’est encore Barnes qui redonne l’avantage aux Warriors.

Le début de partie est très équilibré, et même musclé. Un vrai combat, et un vrai match de finale NBA. Steve Kerr sort Andrew Bogut après seulement quatre minutes pour adopter une stratégie 100% small ball et le festival de tirs longue distance se poursuit de part et d’autre avec Irving et Klay Thompson.
Le changement de configuration des Warriors permet une nouvelle fois à Tristan Thompson de faire du grabuge dans la raquette.

Après sept minutes, Kevin Love fait son entrée sur le terrain sous l’ovation du public, puis James marque ses premiers points du match, imité par Love quelques secondes plus tard. A la fin du premier quart-temps, les Warriors virent en tête (29-28).

Un combat de tous les instants

Dans le deuxième quart-temps, les bancs des deux équipes resserrent les rangs et le mano a mano continue, aucune formation ne parvenant à prendre l’ascendant. Les Warriors comptent jusqu’à quatre points d’avance (36-32) après un paniers à 3-points désespéré en total déséquilibre de Stephen Curry, mais les Cavs réagissent grâce à Irving et James et poursuivent leur domination sans partage au rebond offensif. Sans forcer, Draymond Green apporte son écot au jeu de Golden State alors que pour Cleveland, c’est « Uncle Drew » qui a les clés de la maison et qui tient la baraque.

Sous les yeux des héros locaux Urban Meyer (Ohio State) et Joe Thomas (Browns), l’équipe des Cavs fait le forcing à l’image et prend son dixième rebond offensif de la première mi-temps, qui permet à Love de dégainer tout seul depuis la ligne à 3-points. La foule se lève sur un contre énorme d’Irving sur Curry, et Golden State craque dans les deux dernières minutes avant la pause et encaisse un 8-0 pour passer de 48-47 à 48-55. Les esprits s’échauffent et Luke Walton écope d’une faute technique à la sirène. A la pause, le score est de 55-50 pour Cleveland et Golden State peut s’estimer heureux de ne compter que deux possessions de retard.

Le réveil des « Splash Brothers »

Irving convertit le lancer-franc technique avant de démarrer la deuxième période et inscrit un nouveau panier pour donner huit points d’avance à Cleveland. Curry plante un panier primé pour ramener les Warriors à cinq longueurs (58-53) mais Thompson joue son rôle de tour de contrôle en bâchant Barnes. Discret jusqu’à la pause, James décoche à son tour une flèche puis le match s’emballe avec le réveil des « Splash Brothers » et l’impact toujours plus fort d’Irving (63-61). Klay Thompson, Iguodala et Curry se déchaînent en attaque et Golden State signe un 8-0 pour prendre les devants (72-69). Anderson Varejao montre de très bonnes choses dans son ancien jardin et contribue à la très bonne passe des Warriors grâce à son activité au rebond et son énergie habituelle. Après 36 minutes, les champions en titre ont une courte avance, 79-77.

Dès l’entame du dernier quart-temps, les Cavs égalisent par l’intermédiaire de Love puis prennent l’avantage grâce à James dans une ambiance irrespirable. Les précieux Barnes et Iguodala donnent un peu d’air aux Warriors. Tristan Thompson puis Irving manquent leurs lancers, les Cavs ratent leurs tentatives en attaque et en face, les Warriors inscrivent un 14-3 pour creuser un écart de neuf points (93-84). Golden State joue avec une énergie nouvelle en cette fin de match et semble posséder plus de jus et de force que l’équipe de Cleveland. Les Cavs sont fatigués, et forcément il y a de l’isolation en attaque, et de la frustration en défense. James et Green s’accrochent et s’échangent des noms d’oiseaux puis un fan tente de pénétrer sur le terrain…

Stephen Curry, qui aura aussi des mots avec LeBron James, se charge de climatiser la salle aux lancers-francs. Les Cavs ne lâchent rien, mais curieusement, ils se contentent de lay up au lieu de tenter des 3-points. Les Warriors en profitent pour tranquillement gérer la fin de match, et s’imposer de 11 points. Un écart en trompe-l’oeil car Cleveland a longtemps dirigé les débats avant de craquer face aux rotations des Warriors, et à l’adresse retrouvée du duo Thompson-Curry.

 Avec basketusa.com

CAVALIERS / 97TirsRebonds 
JoueursMinTirs3ptsLFOffDefTotPdFteIntBpCtPtsEval
R. Jefferson 25 1/2 0/0 1/2 2 4 6 0 6 0 2 0 3 5
L. James 46 11/21 1/5 2/4 4 9 13 9 4 2 7 3 25 33
T. Thompson 29 5/7 0/0 0/5 6 1 7 0 3 0 0 1 10 11
K. Irving 43 14/28 2/6 4/5 1 3 4 4 2 3 1 1 34 30
J.R. Smith 43 3/10 2/8 2/2 0 2 2 1 5 0 0 0 10 6
C. Frye 10 0/1 0/0 0/0 0 1 1 0 2 0 0 0 0 0
K. Love 25 3/6 1/2 4/6 1 4 5 0 1 0 0 1 11 12
M. Dellavedova 5 0/1 0/1 2/2 1 0 1 1 1 0 0 0 2 3
I. Shumpert 15 1/5 0/3 0/0 1 0 1 0 0 0 1 0 2 -2
D. Jones 0 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Total   38/81 6/25 15/26 16 24 40 15 24 5 11 6 97  
WARRIORS / 108TirsRebonds 
JoueursMinTirs3ptsLFOffDefTotPdFteIntBpCtPtsEval
D. Green 42 2/9 0/4 5/8 1 11 12 4 4 2 3 3 9 17
H. Barnes 40 5/11 4/5 0/0 3 5 8 2 1 1 0 0 14 19
A. Bogut 10 0/0 0/0 0/0 1 0 1 1 1 0 0 1 0 3
S. Curry 40 11/25 7/13 9/10 3 2 5 6 3 2 3 0 38 33
K. Thompson 39 7/14 4/9 7/7 0 4 4 1 2 1 1 1 25 24
A. Varejao 4 0/1 0/0 2/2 3 0 3 0 2 0 0 0 2 4
J. McAdoo 7 1/1 0/0 0/0 0 1 1 1 2 0 0 0 2 4
A. Iguodala 37 4/12 2/5 0/0 2 4 6 7 3 1 1 1 10 16
M. Speights 0 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
F. Ezeli 1 0/0 0/0 0/2 0 0 0 0 1 0 0 0 0 -2
S. Livingston 19 3/8 0/0 2/2 1 2 3 1 3 0 0 0 8 7
Total   33/81 17/36 25/31 14 29 43 23 22 7 8 6 108  

 

Humiliés en Californie avec deux défaites concédées par un écart moyen de 24 points (un record pour les Finals), les Cavs n’avaient plus le choix : c’était « marche ou crève ». Et malgré l’absence de Kevin Love, Cleveland a ainsi parfaitement réagi face aux Warriors avec un succès franc et massif (120-90).

Battus de 33 points lors du Game 2, les Cavs ont rendu la monnaie de leur pièce à des Warriors transparents avec des stars revanchardes : LeBron James (32 points, 11 rebonds, 6 passes) et Kyrie Irving (30 points, 8 passes), mais aussi un J.R. Smith retrouvé (20 points, 5 paniers de loin). Sous les panneaux, Tristan Thompson a été omniprésent avec 14 points et 13 rebonds. Soutenus par la Quicken Loans Arena, les Cavs ont montré qu’il ne fallait pas les enterrer trop vite…

Kyrie Irving « on fire »

Dans une ambiance de folie, Irving inscrit le premier panier du match pour les Cavs, rapidement imité par James, très agressif. Smith et Jefferson ajoutent eux aussi leur panier dans un début de partie à sens unique en faveur des joueurs de l’Ohio qui mènent rapidement par 9-0, obligeant ainsi Steve Kerr à prendre un temps-mort pour recadrer ses troupes. Andrew Bogut inscrit les premiers points pour Golden State alors que les esprits s’échauffent entre Green et Jefferson.

L’écart atteint déjà les quinze points en faveur des Cavs après à peine six minutes (19-4) avec un très gros travail de James et un Jefferson au four et au moulin. Irving n’est pas en reste et c’est une véritable démonstration de force qu’opèrent les Cavs dans le premier quart-temps. Seule la rentrée d’Andre Iguodala permet aux Warriors de ne pas sombrer, mais le break est fait.

Sans Love, Tyronn Lue décide de lancer Timofey Mozgov et Channing Frye au relais des titulaires alors que Stephen Curry commet sa deuxième faute après neuf minutes (25-10). Les Warriors boivent le calice jusqu’à la lie et comptent vingt points de retard (30-10) après une nouvelle banderille d’Irving. Marreese Speights stoppe l’hémorragie mais le meneur des Cavs est en transe et en remet une couche, tandis que Klay Thompson sort sur blessure après avoir reçu un coup à la cuisse. Sans trop de gravité, heureusement pour Golden State.

Un dernier panier de Harrison Barnes permet aux Warriors de limiter la casse et à la fin du premier quart-temps, le score est de 33-16 pour Cleveland. « Uncle Drew » a inscrit autant de points à lui tout seul que toute l’équipe de Golden State. À l’inverse, c’est la Bérézina pour les « Splash Brothers » qui font plouf avec un zéro pointé en attaque.

Petit réveil des Warriors

Barnes puis Green remettent les Warriors en selle dès l’entame du deuxième quart-temps et les Warriors passent un 7-0 à leur hôte (33-23) pour revenir à dix longueurs. Les seconds couteaux de Golden State portent l’équipe à bout de bras, à l’image d’un Shaun Livingston toujours aussi efficace. Klay Thompson effectue son retour et marque ses premiers points. Smith, dans le dur lors des deux premiers matchs, s’illustre enfin à 3-points avec deux flèches coup sur coup.

L’arrière des Warriors lui répond et l’écart se stabilise aux alentours des dix points points (48-39). Curry écope de sa troisième faute personnelle et retourne sur le banc, visiblement très frustré par la qualité de son jeu. Tristan Thompson continue sa moisson au rebond et compte déjà 10 prises à la pause. À la mi-temps, Cleveland vire en tête (51-43) mais les Warriors ont réussi à maintenir le navire à flot malgré un Curry totalement à côté de ses pompes. Excellents dans le premier quart-temps, Irving et James ne cumulent que 6 points à 2 sur 17 dans le deuxième quart-temps.

LeBron James enfonce le clou

Au retour des vestiaires, Tristan Thompson puis James redonnent un nouvel élan aux Cavaliers, qui signent un 12-3 pour reprendre une marge un peu plus confortable (64-46). En face, c’est encore Barnes qui prend les affaires en main. Smith inscrit son quatrième panier primé de la rencontre, rapidement imité par James, et l’écart repasse allègrement au-delà des vingt points (70-48).

Curry se réveille enfin et inscrit son premier panier à 3-points mais balance une brique sur la possession suivante. Les Cavs ont le contrôle au tableau d’affichage et Smith, encore lui, décoche une nouvelle flèche qui sait mouche. S’en suit l’action du match : James intercepte un ballon puis se retrouve à quatre pattes avant de terminer la tête dans les nuages sur un alley-oop servi par Irving. À la fin du troisième quart-temps, la rencontre vire au blowout en faveur de Cleveland : 89-69.

Un nouveau « garbage time »

Le dernier quart-temps est une simple formalité et comme les Cavs lors du Game 2, les Warriors baissent les bras et agitent le drapeau blanc. L’écart passe à vingt-cinq points (98-73) après un nouveau panier de Smith et la Quicken Loans Arena explose. Steve Kerr laisse ses hommes de base sur le terrain pendant encore quelques minutes et LeBron James scelle le sort de la partie avec trois paniers en pénétration pour passer la barre des 30 points marqués.

Avec cinq minutes à jouer, Kerr sort ses titulaires, et une minute plus tard, c’est Lue qui lance Jordan McRae ou encore James Jones. Les dernières minutes sont la définition du « garbage time » et le match se termine en roue libre, 120-90.

Agressifs du début à la fin à l’image de Thompson, les Cavaliers mettent fin à une série de 7 revers de suite face aux Warriors. Avec la manière ! À confirmer vendredi soir pour égaliser et relancer complètement la série.

basketusa.com

CAVALIERS / 120TirsRebonds 
JoueursMinTirs3ptsLFOffDefTotPdFteIntBpCtPtsEval
R. Jefferson 33 4/7 1/3 0/0 3 5 8 2 3 2 1 0 9 17
L. James 40 14/26 1/2 3/5 2 9 11 6 2 1 5 2 32 33
T. Thompson 31 5/6 0/0 4/5 7 6 13 2 2 0 0 0 14 27
K. Irving 37 12/25 3/7 3/3 1 3 4 8 4 1 2 0 30 28
J.R. Smith 38 7/13 5/10 1/2 0 4 4 1 1 3 0 0 20 21
C. Frye 12 0/0 0/0 0/0 0 0 0 0 3 0 0 1 0 1
T. Mozgov 7 1/2 0/0 0/0 1 1 2 0 4 1 2 0 2 2
M. Dellavedova 8 1/2 0/0 0/0 1 0 1 1 1 0 0 0 2 3
M. Williams 5 1/2 1/1 0/0 0 2 2 0 1 0 1 0 3 3
J. McRae 3 2/2 0/0 0/0 0 1 1 0 0 0 0 0 4 5
I. Shumpert 18 1/5 1/2 0/0 2 3 5 1 3 0 2 0 3 3
D. Jones 5 0/1 0/0 0/0 0 1 1 0 1 0 0 0 0 0
J. Jones 5 0/0 0/0 1/2 0 0 0 2 0 0 0 0 1 2
Total   48/91 12/25 12/17 17 35 52 23 25 8 13 3 120  
WARRIORS / 90TirsRebonds 
JoueursMinTirs3ptsLFOffDefTotPdFteIntBpCtPtsEval
D. Green 36 2/8 0/4 2/4 1 6 7 7 4 0 2 1 6 11
H. Barnes 33 7/11 2/5 2/3 1 7 8 3 2 0 1 0 18 23
A. Bogut 12 2/6 0/1 0/0 2 0 2 0 2 0 1 1 4 2
S. Curry 31 6/13 3/9 4/4 1 0 1 3 4 2 6 0 19 12
K. Thompson 31 4/13 1/7 1/3 1 1 2 1 1 1 2 0 10 1
A. Varejao 10 0/1 0/0 1/2 1 1 2 2 3 0 1 0 1 2
B. Rush 6 0/1 0/0 0/0 0 1 1 0 0 0 0 0 0 0
A. Iguodala 28 5/7 1/2 0/0 0 2 2 0 0 0 1 0 11 10
M. Speights 8 1/4 1/2 2/2 0 1 1 0 1 0 0 0 5 3
F. Ezeli 3 0/1 0/0 0/0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 -1
S. Livingston 20 2/3 0/0 1/2 1 5 6 3 2 0 3 1 5 10
I. Clark 6 1/3 1/2 0/0 0 0 0 0 1 0 1 0 3 0
L. Barbosa 17 2/5 0/1 4/6 0 0 0 2 3 2 0 1 8 8
Total   32/76 9/33 17/26 8 24 32 21 23 5 18 4 90  

 

LOS ANGELES (Olympics) - Le monde du basketball est plongé depuis quelques jours dans la boîte à souvenirs de l'incroyable carrière de Kobe Bryant, qui a pris sa retraite sportive mercredi soir, au terme d'un dernier match avec l'uniforme des Los Angeles Lakers. 'Mamba', qui a joué son premier match NBA en 1996, a mis fin à son fabuleux parcours avec panache, inscrivant 60 points dans la victoire contre le Utah Jazz.

Bryant a été un champion hors-norme, 18 fois All-Star NBA. Il a aussi été remarquable avec le maillot des États-Unis.

L'arrière-shooteur d'1.98m a représenté son pays au Championnat des Amériques 2007 et aux Jeux Olympiques de 2008 et 2012. Les USA ont fini sur la plus haute marche du podium les trois fois.

Voici une liste de 10 moments inoubliables que le N° 10 nous a fait vivre.

1 - L'action à 4 points à la fin du match pour le titre à Pékin en 2008

Bryant a inscrit un tir à 3 points assorti d'un lancer franc, donnant un avantage décisif aux USA à 3 minutes de la fin du match.

2 - Quatre paniers à 3 points en l'espace de 67 secondes lors de la victoire contre l'Australie en 2012

En quart de finale des JO de 2012 contre l'Australie, Bryant a enchaîné successivement quatre tirs pris derrière la ligne des trois points, en route vers une large victoire, 119-86.

3 - Record personnel de points (25) aux JO, en 2008 contre l'Australie

Ces 25 points sont son meilleur total à une Olympiade, contribuant grandement au triomphe contre l'Australie, 116-85, en quart de finale des JO de Pékin.

4 - Seize points en seulement 11 minutes de jeu contre le Nigeria en 2012

Au cours de la victoire fleuve contre le Nigeria, Bryant a trouvé le moyen de marquer 16 points en 11 petites minutes passées sur le terrain. 

5 - Dix-sept points lors du succès américain contre l'Espagne en finale des JO 2012

Bryant s'est encore une fois illustré dans un match important, passant 17 points à la défense espagnole dans le match pour la médaille d'or à Londres. Le score final: 107-100.

6 - Record de points (27) avec le maillot américain contre l'Argentine en 2007

C'est lors de la victoire des USA contre l'Argentine (91-76) au Championnat des Amériques 2007 que Bryant a enregistré son record de points avec la sélection nationale.

7 - L'étalage de sa classe à chacune de ses sorties

En finale du Championnat des Amériques 2007, Bryant a totalisé 8 passes décisives dans le succès contre l'Argentine.

8 - Ses 90.9 % sur la ligne des lancers francs (20 sur 22) aux JO 2012

Bryant a été calme, serein et d'une grande efficacité durant tout le Tournoi Olympique 2012.

9 - Les 18 points de Bryant dans la victoire contre la Grèce à Pékin

Deux ans après leur défaite 101-95 contre la Grèce en demi-finale de la Coupe du Monde 2006, Bryant a rétabli l'ordre dans la phase de groupe des JO de Pékin, inscrivant 18 points dans la leçon donnée à la Grèce (92-69).

10 - Un incroyable 6 sur 10 à trois points contre l'Australie en 2012

La légende des Lakers a été remarquable d'adresse à longue distance dans le triomphe 119-86 contre les Boomers en quart de finale des JO 2012.

FIBA

 

 

COLORADO SPRINGS (2016 Rio Olympics) - Les États-Unis ont concocté un joli programme pour se préparer pour les JO de Rio de Janeiro, dont fait notamment partie l'Argentine.

Les USA affronteront El Alma le 22 juillet à Las Vegas. Les deux équipes ont quelques antécédents marquants entre elles. En 2004, l'Argentine avait remporté leur duel en demi-finale des JO, en route vers la médaille d'or.

Mais depuis lors, les Américains ont battu les Argentins dans les grandes occasions, entre autres au cours des deux dernières Olympiades, qu'ils ont par ailleurs remportées. Les USA sont n°1 au Classement mondial FIBA, tandis que l'Argentine pointe en n°4.

L'équipe de Mike Krzyzewski disputera ensuite deux matches amicaux contre la Chine, son premier adversaire au Tournoi Olympique.

Les rencontres auront pour cadre le Staples Center de Los Angeles le 24 juillet et l'Oracle Arena d'Oakland deux jours plus tard.

Le 29 juillet, les USA joueront contre le Venezuela - nation partageant son Groupe A à Rio - au United Center de Chicago, avant de conclure ce qu'ils ont décidé d'appeler le 'USA Basketball Showcase' contre le Nigeria le 1er août à Houston. L'Argentine et le Nigeria se trouvent quant à eux dans le Groupe B du Tournoi Olympique.

Renforcer rapidement la cohésion de notre équipe est vital. Cette série de matches offrira à nos joueurs et à nos coaches l'opportunité de faire mieux connaissance, afin de développer notre équilibre et d'emmagasiner de l'expérience au niveau international contre des sélections aux styles différents. - Krzyzewski

"Comme notre phase de préparation est relativement courte, nos entraînements et nos matches amicaux revêtent beaucoup d'importance dans l'optique de la défense de notre titre à Rio," insiste Jerry Colangelo, président d'USA Basketball et directeur de l'équipe nationale. "Nous nous réjouissons d'offrir aux fans d'USA Basketball la chance de nous voir évoluer à travers tout le pays, à Las Vegas, à Los Angeles, à Oakland, à Chicago et à Houston."

Les États-Unis dominent le basketball international depuis leur défaite contre la Grèce en demi-finale de la Coupe du Monde 2006 au Japon, la dernière en date. Ils ont été nettement au-dessus du lot à la Coupe du Monde 2014, emmenés par un Kyrie Irving irrésistible avec son costume de MVP du tournoi.

Ce triomphe a qualifié directement les USA pour les JO de 2016. Ils y seront les favoris pour monter sur la plus haute marche du podium.

Nous allons affronter d'excellentes et expérimentées équipes internationales, ce qui est capital pour notre préparation. - Krzyzewski

"Jouer cinq matches amicaux devant nos fans aux USA sera une expérience mémorable pour nos joueurs et pour nos fans, et nous sommes impatients de représenter au mieux notre pays," ajoute Krzyzewski.

FIBA

 

 

(Photo credit: L'Essor)

 

Les rideaux des championnats inter ligue de basket Segou 2016 sont tombés le vendredi 29 mars sur le terrain de basket du stade municipal de la cité des Balanzans.

 

Les cinquante six matchs en sept journée de basket ont permis de connaître les six équipes en dames et messieurs qui se joindre aux qualifiés de Bamako pour disputer le championnat national Top 12. D’ores et déjà, l’Attar club en dames de Kidal et le Centre Bintou Dembélé en messieurs de Koulikoro ont réalisé un parcours sans faute. Ils se distinguent comme étant les deux meilleures équipes régionales.

 

Sportivement parlant, la compétition fut une réussite. Car jusqu’à la dernière journée, la liste des qualifiés pour les phases Top 12 n’étaient pas connus, en tout cas chez les dames. Par exemple le Debo club dames de Mopti a donné le meilleur d’elle-même face à l’Attar club de Kidal pour échapper au recalage.

  

   Peine perdue, l’adversaire en face était, avec la meilleure basketteuse de la saison (Astan Traoré) et des internationales dans son rang, trop fort, 90-38 a sanctionné le score final. Un des rares points encaissés par les protégés de Mohamed Salia Maïga lors de cette compétition. L’équipe, dont une éventuelle victoire du Debo club barrerait la route de la qualification, le Centre de Référence de basket de Tombouctou CRBT avait été battu par l’Attar club par le score de 102 à 29. Même la deuxième meilleure équipe dame, CBD n’avait pu atteindre les points engrangés par le Debo.

Le Centre Bintou Dembélé en messieurs, managé par El Hadj Dicko est aussi composé de joueurs aguéris comme Parré, Tandina etc…

   

      Nantis de leur brillante performance au dernier championnat national face à l’AS Réal, l’expérience des représentant de la cité du Meguetan le CBD n’a seulement peiné que contre la résistance de l’AS Sigui de Kayes 54-49 et en moindre mesure l’Union sportive de Miniankala de Koutiala à Sikasso et le Debo Club de Mopti.

 

Toutes les équipes ont réussi au moins une victoire. Ce qui dénote que les niveaux se valaient dans cette compétition inter régionale. Mais, c’était surtout les dames que l’adversité était rude. De belles empoignades comme la bataille de la deuxième place, entre le Tata de Sikasso et le CBD de Koulikoro et le face à face entre nordiste pour la suprématie, CRBT-Sonni de Gao, ont été des matchs engagés de bout en bout.

 

Ligue de Ségou : Doublement éliminé

Les hôtes de la compétition ou ‘’Jatigi’’ n’ont pu aucune de leur représentant. L’équipe championne Yelenkura en dames et messieurs ne participeront au championnat Top 12 de la saison 2015-2016. Classé huitième en dames et 7è en messieurs, Ségou est la seule ligue à être éliminé doublement. Hormis La ligue de Gao qui a pu être sauvé chez les dames, toutes les autres ligues ont seront représentées en dames et messieurs au championnat national Top 12, traditionnellement organisé en juillet.

D. SANGARE

 

CLASSEMENT GENERAL

DAMES

1     Attar Club de Kidal

2     Tata de Sikasso

3     CBD de Koulikoro

4     CF Salamatou Maïga de Kayes

5     CRB de Tombouctou

6     Sonni de Gao

---------------------------------

7     Debo Club de Mopti

8     Yelenkura de Ségou

 

Messieurs

1 CBD de Koulikoro

2 AS Sigui de Kayes

3 Attar Club de Kidal

4 USM de Sikasso

5 Debo Club de Mopti

6 Alfarouk de Tombouctou

-----------------------------------

7 Yelenkura de Ségou

8 AFPSS de Gao