Réseaux sociaux

 

 

ATHENS (2016 FIBA Olympic Qualifying Tournaments) - Ses coéquipiers le surnomment affectueusement "l'ours" à cause de son imposant physique, mais Miroslav Raduljica n'en est pas moins une personne aimable et drôle malgré les apparences. Il ne manifesterait jamais sa désapprobation ou son mécontentement par un regard menaçant ou un grognement.

Comme par exemple quand on lui dit que la Serbie est archi-favorite du Tournoi de Qualification Olympique (TQO) qu'elle accueillera à Belgrade du 4 au 9 juillet, où elle affrontera l'Angola et le Porto Rico dans le Groupe A, et ensuite potentiellement le Japon, la République Tchèque ou la Lettonie.

"J'ai entendu pas mal de gens dire que c'était un tirage facile pour nous, mais je ne partage pas cet avis," confie le joueur de 28 ans à FIBA.com. "Je ne sais pas qui sont les favoris."

À mon avis, nous devrons être prudents. Il y a des équipes comme la Lettonie et la République Tchèque qui s'améliorent chaque année. Je suis plus inquiet concernant les nations européennes, peut-être parce que je les connais mieux, mais de nos jours dans le basket, tout le monde peut battre tout le monde. - Raduljica

"Donc j'aimerais que nous fassions attention jusqu'à la dernière seconde du dernier match" avertit-il. "Depuis que notre groupe de joueurs s'est formé en équipe nationale il y a quelques années, nous sommes allés étape par étape."

"Je suis sûr que c'est ce que nous ferons de nouveau en juillet, en ne nous préoccupant que de notre prochain adversaire à chaque fois."

 

Raduljica ne souhaite pas s'exprimer sur ce qui pourrait se passer après le TQO de Belgrade parce que, dit-il, jouer aux JO de Rio n'est pour le moment qu'un rêve et que personne ne sait s'il deviendra réalité.

Si le pivot de 2.13m rechigne à endosser le rôle de favori que beaucoup attribuent à la Serbie, c'est en partie parce qu'il sait que ça n'apporte rien à son équipe. En 2014, il est revenu en sélection nationale après cinq ans d'absence et la Serbie passa presque inaperçue jusqu'aux demi-finales de la Coupe du Monde.

Le tournoi en Espagne se termina sur la deuxième place du podium pour la troupe d'Aleksandar Djordjevic.

Dans le sillage de ce succès, la Serbie faisait figure de grande favorite à l'EuroBasket 2015 en septembre dernier. Elle fit honneur à son statut en remportant ses sept premiers matches la menant jusqu'en demi-finale, mais perdit ses deux dernières rencontres et échoua au pied du podium.

Mais la base de l'équipe était la même pour ces deux tournois majeurs et Raduljica pense que c'est là un des meilleurs atouts de la Serbie.

On se connaît bien, parce que ça fait longtemps qu'on joue ensemble. On est un groupe d'individualités qui savent comment former une équipe et qui se comportent comme dans une famille. - Raduljica

"C'est pourquoi peu importe quels nouveaux joueurs rejoindront la sélection cet été, ça sera facile pour eux de s'intégrer, quand bien même la période de préparation sera relativement courte après la fin des divers championnats et le retour au pays des joueurs," explique-t-il.

 

Est-ce que les Serbes ont déjà une idée de l'accueil qui leur sera réservé par leurs fans le 4 juillet dans la Belgrade Arena, salle mythique de 22'000 places?

"Je n'ai pas besoin de l'imaginer, je sais exactement comment ça sera", répond Raduljica en souriant. "J'y ai joué quand j'évoluais en Serbie (au FMP et au Partizan de Belgrade) et je sais que les fans sont impatients de nous y voir."

Il se réjouit de représenter son pays dans ce qu'il appelle une forteresse et d'y recevoir les fans et les adversaires.

 

"C'est évidemment très satisfaisant pour nous d'avoir l'opportunité de participer à ce tournoi devant nos supporters et croyez-moi, il y en aura beaucoup, vraiment beaucoup qui seront là dans cette salle."

"Les gens en Serbie aiment tellement le basketball que tout le monde passera un très bon moment."

FIBA