Réseaux sociaux

 

 

LUANDA (2016 FIBA Olympic Qualifying Tournaments) - Les JO de Pékin 2008 semblent déjà très loin pour l'Angolais Edson Ndoniema, qui essaie d'aider son pays à retourner à une Olympiade cet été via le Tournoi de Qualification Olympique (TQO) de Belgrade, en Serbie.

L'arrière-shooteur d'1.92m n'avait que 17 ans - alors vedette du Championnat d'Afrique U18 en 2008 - la dernière fois que l'Angola a participé à des JO.

La sensation générale qui se dégage au sein des anciens champions d'Afrique est que la tâche qui les attend au TQO (4-9 juillet) sera la plus difficile de ces dernières années.

Ndoniema voit plutôt cela comme une "grande opportunité [pour l'Angola] de retourner aux JO". Seul le vainqueur de l'événement se qualifiera et les Angolais devront prendre le meilleur sur la Serbie et le Porto Rico dans le Groupe A pour entretenir l'espoir d'aller à Rio de Janeiro

Valdelicio Joaquim, Angola key player

Une victoire dans la Phase de Groupe pourrait leur suffire pour disputer une demi-finale contre la République tchèque, le Japon ou la Lettonie.

"C'est une compétition difficile avec de très bonnes équipes, mais la nôtre l'est aussi. Nous y allons pour rivaliser avec les autres et gagner des matches," déclare Ndoniema à FIBA.com. "Il y a toujours quelque chose à apprendre dans de tels tournois.”

Plus qu'un moyen d'imiter sa femme Sonia Guadalupe - olympienne avec l'Angola aux JO de Londres - Ndoniema considère les JO de Rio non seulement comme la réalisation d'un rêve d'enfant, mais aussi comme l'apogée de sa carrière.

J'espère pouvoir aider l'Angola à obtenir un billet pour les JO. La plupart de mes coéquipiers y ont déjà participé et je ferai de mon mieux pour y parvenir également. La qualification [pour les JO] s'annonce difficile, mais j'ai appris que rien n'est facile dans la vie. - Ndoniema

Et l'idée qu'il n'y a pas de favoris dans les TQO semblent être devenue la règle ces derniers jours. Le pivot serbe Miroslav Raduljica a récemment dit qu'il était plus inquiet par rapport aux équipes européennes, peut-être parce qu'il les connaissait mieux, mais il a aussi souligné "qu'aujourd'hui dans le basketball, tout le monde peut battre tout le monde".

Ndoniema en est également persuadé.

"Nous avons affronté le Porto Rico durant la préparation de la Coupe du Monde 2014, et même si c'est une très bonne équipe, je pense que nous avons les moyens de la battre," avance-t-il. "Mais nous devrons avoir la mentalité juste et essayer de mieux jouer qu'eux. Ils sont favoris à mon avis, mais ils devront le prouver sur le terrain."

Connaissant mes coéquipiers et mes coaches, je pense qu'on peut battre le Porto Rico. La Serbie est un cran au-dessus. Ça va être compliqué de lui infliger une défaite devant son public, mais ce n'est pas impossible. - Ndoniema

Beaucoup de gens se sont exprimés sur la fin de la domination angolaise sur le continent africain. En août dernier, par exemple, le Nigeria s'est avéré trop fort lors de la conquête de son tout premier titre à l'AfroBasket, synonyme de qualification automatique pour Rio 2016. L'Angola, de son côté, a manqué pour la deuxième fois consécutive ce ticket direct pour les JO.

Ndoniema fait partie de la nouvelle génération de joueurs angolais qui aura la lourde tâche de maintenir le pays au sommet de la hiérarchie africaine et parmi le top 15 du classement "hommes" de la FIBA.

"Le Nigeria avait plus envie que nous. Ils ont contrôlé le match de bout en bout, et cela nous a été fatal," se souvient-il.

"Nous avons le potentiel pour remporter un titre continental, mais nous devons nous regrouper et revoir notre préparation. Nous devons être mieux organisés. Si tu ne l'es pas, tu ne peux rien gagner dans le sport."

"Yanick [Moreira]Braulio [Morais]Gildo [Santos] et moi, nous jouons ensemble depuis les U18. Nous avons toujours rêvé de représenter notre pays sur la plus grande scène du monde, et une participation aux JO serait le sommet de nos carrières."

Le joueur de Primeiro D'Agosto, âgé de 25 ans, insiste sur le fait que tout est possible au TQO, pour autant que l'Angola améliore son programme de préparation.

"J'ai toujours entendu que l'attaque gagne des matches et que la défense gagne des titres," dit Ndoniema. "Je suis donc prêt à mettre toutes mes aptitudes défensives au service de l'équipe, tout en participant aussi en phase offensive. On me demande en général de limiter le rayon d'action du meilleur joueur adverse."

avec la FIBA