Réseaux sociaux

 

 

 

LeBron James l’avait annoncé dès le Game 1. La différence dans cette finale tient en deux lettres : « KD ». Auteur de sept points de suite dans les 90 dernières secondes du match, dont un 3-point assassin, Kevin Durant (31 points à 10/18, 8 rebonds, 4 passes) a tout simplement assommé les Cavs, et peut-être validé un probable titre de MVP des Finals (118-113).

Cleveland tenait pourtant le bon bout avec six points d’avance en fin de match derrière 77 points du duo LeBron James – Kyrie Irving et cinq 3-points de J.R. Smith. Mais face à autant d’armes, car les 30 points de Klay Thompson et les 26 de Stephen Curry auront été tout aussi décisifs, il n’y a pas grand-chose à faire de plus.

Klay Thompson climatise la Q Arena !

Dans une ambiance assourdissante, les Cavs entament le match, comme prévu, en boulet de canon. Cherché sur de nombreuses cascades d’écran, J.R. Smith retrouve son adresse alors que LeBron James repart sur les mêmes bases de la première mi-temps du Game 2. Beaucoup plus active, la défense de Cleveland force même cinq pertes de balles rapides mais les Warriors ne flanchent pas.

Grâce à 16 points de Klay Thompson, dont 4/5 de loin et 8 de Kevin Durant, ils prennent même les devants (27-23) ! James surenchérit pour garder son équipe dans le match en terrorisant JaVale McGee, mais les Warriors sont sur une autre planète. Après le festival de Thompson, c’est Stephen Curry qui s’y met alors que leur défense monte aussi en régime. La Quicken Loans Arena a beau donné de la voix, les Warriors terminent le quart temps sur un 10-1 pour atteindre la barre des 39 points derrière un absurde 9/14 à trois points (39-32) !

LeBron James seul contre tous

Dos au mur, les Cavs s’en remettent à LeBron James pour jouer les pompiers de service. Le King, auteur de 8 des 13 premiers points de son équipe dans le deuxième quart temps, profite d’un cinq sans Curry ni Durant pour ramener les Cavs à -1. Malgré onze balles perdues de leur adversaire et avec le momentum de leur côté, ils ne parviennent pourtant pas à repasser devant au score. La défense de Golden State fait le boulot, laissant soin à KD et Curry de leur redonner un peu d’air de l’autre côté (55-49).

Alors que LeBron James est de nouveau héroïque (27 points à 11/14 à la pause), il trouve en Kyrie Irving un allié précieux avant la mi-temps. Suite à la première faute technique de la finale pour Draymond Green, le meneur marque sept points en deux minutes dont un lay-up de folie au buzzer pour garder les Cavs à distance respectable (67-61). Mais avec le trio Thompson – Durant – Curry à 51 points et plus de 50%, Cleveland n’arrive toujours pas à ralentir l’attaque de Golden State.

Kyrie Irving est de retour !

Au retour des vestiaires, Kyrie Irving confirme son retour au premier plan. Un 3-points de Kevin Love termine un 10-2 qui permet à Cleveland de repasser devant (71-69). À l’instar du début de match, les Cavs font le forcing pour enflammer la salle. J.R. Smith et Irving font preuve de réussite mais les Warriors répondent du tac-au-tac à chaque fois. Avec Green à quatre fautes, Kerr relance KD en pivot et Lue l’imite avec James dans le même rôle.

Alors que le duel de puncheurs se poursuit pendant tout le quart-temps, les Cavs finissent par faire la différence à l’envie. Derrière un Richard Jefferson qui se jette sur le parquet et un Kyrie Irving toujours aussi insolent, ils finissent la période sur un 9-3 pour prendre cinq points d’avance avant le dernier quart temps (94-89).

Un money time époustouflant

Pour la première fois de la série, la défense de Cleveland rend la vie difficile aux Warriors. Steve Kerr conserve toutefois sa rotation et prend le risque de repartir sans KD ni Curry. La cinquième faute de Green l’oblige à relancer Durant et devant l’urgence de la situation, Curry fait rapidement son retour. Si quatre points de KD stoppent momentanément l’élan de Cleveland, les Cavs repartent de l’avant en forçant le switch de Curry sur LeBron James. Le King en profite et à six minutes trente de la fin du match, Cleveland se retrouve déjà dans le bonus (104-99).

Alors que Kyrie Irving n’en finit plus de nous éblouir avec ses finitions impossibles, les Warriors se réveillent et reviennent à -1 sur deux 3-points de KD et Klay Thompson (108-107). Ces derniers manquent de remettre le couvercle, et la lecture du jeu de LeBron James met J.R. Smith dans un fauteuil derrière les 7m25 pour garder les Cavs en contrôle à 90 secondes du buzzer (113-109).

Le faucheur de Cavs

C’est dans un moment comme celui-ci que l’ajout de Durant change la donne pour Golden State. Ayant absolument besoin d’un panier, les Warriors lui filent la gonfle et le laissent bosser en un contre un. Face à Tristan Thompson, il crée l’espace nécessaire pour marquer un petit floater. Sur l’action suivante, Kyle Korver rate un 3-point dans le corner, Durant prend le rebond, remonte la balle, s’arrête devant la ligne et plante un poignard dans le cœur des Cavs (114-113) !

Un nouveau stop, cette fois de Klay Thompson sur Kyrie Irving, permet à Durant d’ajouter deux lancers-francs. Et c’est finalement Andre Iguodala, avec sa spéciale, qui clôt le cercueil des Cavs en chipant la balle dans les mains de LeBron James alors que celui-ci tente un tir à trois point dans le corner.

Le seul espoir qu’il reste aux Cavs semble désormais de sauver l’honneur vendredi pour éviter le sweep et empêcher Golden State d’écrire une nouvelle page d’histoire.

source: basketusa.com

BAMAKO (FIBA Women's AfroBasket 2017) - Dans deux mois, le Mali essaiera de devenir le premier pays hôte à remporter chez lui le FIBA Women's AfroBasket depuis le Nigeria en 2005.

Le Sénégal, le Madagascar, le Mali, le Mozambique et le Cameroun sont les cinq dernières nations à avoir accueilli la compétition féminine phare de FIBA Afrique, mais c'est à chaque fois une équipe visiteuse qui a gagné le trophée. 

Notre objectif avoué est de gagner ce titre que les fans de basketball maliens attendent depuis dix ans. - Tirera

Le Mali a vécu les deux expériences.

En 2007, le Mali avait traversé sa frontière sud pour aller renverser le Sénégal dans sa capitale Dakar, obtenant du même coup l'unique billet pour les JO de Pékin 2008 dévolu au continent africain. 

Quatre ans plus tard, l'Angola a surgi de nulle part pour barrer la route du Mali en demi-finale, avant de battre le Sénégal en finale et d'ainsi se qualifier pour les JO de Londres 2012. 

Meiya Tirera, l'ailière-forte du Mali qui n'avait pas participé au Championnat d'Afrique 2007, mais qui avait pris part aux JO de Pékin, pense que le moment est venu de changer le cours de l'histoire.

"Je ne veux manquer de respect à aucune autre équipe, mais je peux affirmer que nous avons les qualités nécessaires pour rééditer notre fantastique résultat de 2007 à Dakar. Mais je suis consciente que la tâche sera ardue," dit-elle à FIBA.com, en réaction au tirage au sort du FIBA Women's AfroBasket de la semaine passée.

Du 18 au 27 août, Bamako sera le point de convergence des 12 meilleures équipes nationales d'Afrique, à la lutte pour les deux places qualificatives pour la FIBA Women's World Cup 2018 en Espagne. 

 

Tirera et ses coéquipières débuteront leur quête de gloire en affrontant dans le Groupe A l'Angola, le Cameroun, la Côte d'Ivoire, la Tunisie et une équipe invitée (via une wild card). 

"Les deux groupes sont assez équilibrés," déclare la joueuse de 31 ans. "À nous de nous battre avec sérieux pour finir en tête de notre groupe, comme en 2011."

"Nous devons montrer à nos fans que chacune des 12 joueuses qui constitueront l'effectif définitif mérite sa place dans l'équipe. Notre objectif avoué est de gagner ce titre que les fans de basketball maliens attendent depuis dix ans.

"Je veux vraiment y aller, parce que ce serait l'occasion de gagner mon premier titre avec la sélection nationale," conclut-elle.

Source: FIBA

 

 

Un grand nombre des instances dirigeantes du basket ball africain se sont réunis à Bamako du 20 au 21 avril 2017 pour un congrès à mi-mandat de la Fédération internationale de basket association zone Afrique. Le bureau exécutif de Fiba Afrique avait inscrit à l'ordre du jour des assises de Bamako le bilan à mi-mandat 2014-2019, la mise à disposition du nouveau système aux associations de basket pour permettre aux différentes zones d'aller vers une Fiba unique ''One Fiba'', l'harmonisation des calendriers des compétitions pour une meilleure mobilisation des professionnels africains évoluant surtout en Europe et en Amérique, le développement des fédérations, la vulgarisation du 3 contre 3 qui pourrait être une discipline olympique très prochainement. Bien d'autres décision ont été prise en marge de ce congrès à mi-mandat.

 

A la cérémonie d'ouverture, au nom du ministre des sports, le président de la Fédération malienne de basket, Jean Claude Sidibé, a remercié la participation massive des instances dirigeantes du basket ball africain qui témoigne de leur soutien au Mali dans son combat du moment. Le président de Fiba Afrique, notre compatriote Hamane Niang, a aussi remercié toute les instances qui ont contribué à tenu de ce congrès notamment le département des sports du Mali, la Fédération malienne de basket et son président, les Fédérations africaines avant d'inviter ces Fédérations membres de s'approprier du nouveau système pour ne pas être en retard dans l'accomplissement de One Fiba. Le président de Fiba monde, Horacio Muratore a fait un long discours en espagnol et rendra hommage vingt quatre plus tard à Feu Salamatou Maïga, grande figure du basket ball malien, pour service rendu.

L'Afrique jouera ses dernières compétition classique cette année car le nouveau calendrier qui ressemblera beaucoup à celui du football commencera aussi cette année. Par exemple les 16 qualifiés pour l'Afro basket senior masculin disputeront les éliminatoires des championnats du monde qui se dérouleront en Chine. Concernant le développement des Fédérations, le système de salariat sera instauré. Un directeur exécutif sera nommé au siège des bureaux fédéraux et il travaillera de façon permanente avec un salaire régulier afin de donner plus de liberté de mouvement au président élu et contribuer à plus de célérité dans le traitement des dossiers administratifs. Pour le jeu 3 contre 3 si des Fédérations tardent encore à l'instituer, le Mali est en avance dans ce domaine pour avoir déjà remporté des trophées.

Des décisions comme l'annonce du plan B qui révèle l'Angola pour suppléer le Congo dans l'organisation de l'Afrobasket senior homme et la signature du contrat par le ministre des sports, Housseini A. Guindo, au nom de l'Etat malien et Fiba Afrique pour l'organisation de l'Afrobasket senior dames qui aura lieu en septembre 2017 ont été prises.

Il faut rappeler qu'une quarantaine de pays, sur 54 membres associés, ont pris part à ces assises de Bamako.

D. SANGARE

 

 

ABIDJAN, Cote d’Ivoire – La période des demandes d’accréditation pour le FIBA Women’s AfroBasket 2017 est maintenant ouverte.

La compétition se déroulera du 18 au 27 août à Bamako, la capitale du Mali et les représentants des médias désireux de prendre part à cet événement sont priés de soumettre leurs demandes sur le Portail Media de la FIBA.

La date limite des demandes d’accréditation est fixée au 4 août. 
Toute demande d’accréditation soumise fera l’objet d’une étude.

TERMES & CONDITIONS

Les candidats retenus seront informés par le Bureau régional de la FIBA en Afrique. Veuillez noter que la soumission d’un formulaire en ligne reste une demande et ne garantit pas l’obtention de l’accréditation.

Une version électronique appropriée et valide d'une photo d’identité (montrant clairement le visage) du candidat doit être téléchargée au moment de l'enregistrement.

Les demandes ne comportant pas de photo appropriée et valide ne seront pas prises en compte.

Pour bénéficier d’une accréditation média, le candidat doit représenter un organe de presse de bonne foi qui produit et publie du contenu original.

Les demandes d'accréditation média soumises par les représentants des clubs, les agents de joueurs, les auteurs de brochures éducatives, les blogueurs ou les médias qui ne produisent pas du contenu original selon les critères conventionnels de collecte d'informations ne seront pas prises en considération.

Les indépendants (journalistes, photographes et vidéastes) pourraient être invités à prouver qu'ils sont en mission pour un média afin d’être pris en compte pour les accréditations médias.

Les accréditations seront attribuées sur la base de l'historique professionnel du média demandeur, l'importance de l'événement et le rapport avec le basket-ball en général, ainsi que le nombre de places disponibles.

Pour plus d’informations, veuillez contacter FIBA Afrique à This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it." data-cke-saved-href="mailto:This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.">This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it..

Source: fiba.com

 

 

 

Le prochain championnat d’Afrique des nations masculin de basket-ball (Afrobasket 2017) ne devrait finalement pas avoir lieu au Congo-Brazzaville. Les autorités congolaises ont renoncé à organiser l’Afrobasket 2017 du 19 au 30 août prochain, officiellement pour des motifs financiers. La confédération africaine de basket a pourtant tenté d'infléchir cette position.

Sauf revirement, le prochain Championnat d’Afrique des nations masculin de basket-ball (Afrobasket 2017) n’aura pas lieu au Congo-Brazzaville, du 19 au 30 août prochain. Le 8 avril dernier, les autorités congolaises ont en effet transmis à la confédération africaine de basket-ball (FIBA-Afrique) une lettre de renoncement.

« Malheureusement, la conjoncture nationale et internationale marquée par la chute du prix du baril du pétrole, aggravée par un environnement socio-économique très morose, ne permet plus à la République du Congo d'honorer cet engagement », explique entre autre ce document.

Le Congo était-il réellement motivé ?

Depuis cinq jours, la FIBA-Afrique tentait de faire revenir discrètement le Congo sur cette position. Les dirigeants du basket-ball africain ont été surpris et choqués. Car ce pays dispose d’infrastructures parfaites, héritées des Jeux africains 2015, avec au moins une grande et belle salle sous-exploitée, à Kintélé. Mais la volonté politique était-elle forte ?

Des contacts entre le ministère des Sports local et la FIBA-Afrique avaient certes été approfondis durant les Jeux africains. Maisle souhait d’organiser l’Afrobasket 2017 près de Brazzaville semblait surtout être du côté de la confédération africaine… Quant à la partie congolaise, elle était vraisemblablement désireuse de prouver que son Palais des Sports de 10.000 places n'allait pas devenir un « Eléphant blanc ».

Quel plan B ?

Ce Championnat d’Afrique des nations devait être le premier organisé en Afrique centrale depuis l’édition 1974 en République centrafricaine.

Celle de 2017 pourrait être délocalisée dans un pays d’Afrique australe (Angola, Afrique du Sud) ou d’Afrique du Nord, voire en Afrique de l’Ouest, si la Côte d’Ivoire, hôte de l’édition 2013 acceptait d’aider une organisation dont le siège a récemment été installé à Abidjan.

Source: RFI.fr